De Aurore à George Sand : La Métamorphose d’une Écrivaine

Similaires

Janine Niépce : une reporter-photographe pionnière

Dans le sang de Janine Niépce coulaient l’amour de...

Margaret Atwood : la « grande dame des lettres canadiennes »

Margaret Atwood, celle qu’on appelle la grande dame des...

Virginia Woolf : Entre Littérature et Féminisme

Née le 25 janvier 1882 à Londres et disparue...

Partager

À travers le nom d’emprunt de George Sand, Aurore Dupin a su transcender les limites imposées aux femmes de son temps pour devenir l’une des écrivaines les plus influentes de son époque. Elle a écrit plus de 70 livres dont La mare au diable, La petite Fadette et le meunier d’Angibault. Découvre la vie de cette frangine inspirante !

Une enfance à Nohant

Son père était un riche lieutenant, et sa mère une femme du peuple. Ils se sont mariés en secret et ont eu Aurore quelques mois après. La petite fille n’a que 4 ans lorsqu’elle perd son père d’une chute de cheval mortelle, un événement qui marquera profondément son enfance. Après, c’est sa grand-mère qui prend en charge son éducation et devient sa principale figure maternelle. Elles vivent dans un domaine à Nohant, un petit village dans le département de l’Indre. Aurore trouve alors refuge dans la lecture et l’écriture, développant son imagination précoce.

À 17 ans, la jeune fille intègre un couvent où elle acquiert une solide éducation, tout en cultivant une foi profonde. Cette période de sa vie la pousse à envisager sérieusement la possibilité de devenir bonne sœur. Cependant, la jeune femme doit rentrer à Nohant s’occuper de sa grand-mère. À cette époque Aurore s’habille déjà en garçon, une habitude qu’elle gardera toute sa vie !

Comment Aurore est devenue Sand ?

À 18 ans, elle se marie avec Casimir Dudevant, une union d’intérêt qui sera source de nombreuses désillusions. Ensemble, ils ont deux enfants ; Maurice venu au monde le 30 juin 1823 puis Solange, quelques années plus tard, le 13 septembre 1828. Cependant, leur mariage est tumultueux et les différences entre les deux conjoints deviennent insurmontables. Finalement, ils finissent par se séparer. Aurore déménage alors à Paris et commence une relation avec le célèbre écrivain et critique littéraire Jules Sandeau.


“Ecrivez, pendant que vous avez du génie, pendant que c’est le dieu qui vous dicte, et non la mémoire.”

Ensemble, ils entreprennent la rédaction d’un roman : Le Commissionnaire. Et lorsqu’il est temps de le publier, ils optent pour le pseudonyme J.Sand. Après cette première publication, Aurore commence à écrire un nouveau livre mais Jules Sandeau ne souhaite pas continuer cette collaboration. Elle décide alors de garder le pseudonyme pour elle tout en ajoutant le prénom George. Dans le milieu sexiste et machiste du 19ème siècle, la jeune femme est consciente que se faire passer pour un homme est un avantage. En 1832, sous le nom de plume George Sand, elle publie son premier roman, « Indiana« , un roman d’amour contant l’histoire d’une jeune fille mal mariée. Le roman connaît un succès retentissant, lançant ainsi sa carrière d’écrivaine renommée !

Ses relations amoureuses mouvementées

george sand
Alfred de Musset Et Frédéric Chopin

Alors qu’elle vient d’avoir 30 ans, Aurore fait la rencontre d’Alfred de Musset en juin 1833. Ils se rencontrent lors d’un dîner qui réunit les collaborateurs de La Revue. Quelques semaines plus tard, le poète devient son amant. Leur liaison est l’une des plus célèbres du XIXe siècle, notamment leurs correspondances. Ensemble, ils partent en vacances en Italie, les deux jeunes amants vivent alors une idylle mouvementée et passionnée. Mais Musset tombe gravement malade. Georges Sand reste alors à son chevet et tombe amoureuse du docteur d’Alfred de Musset ! Musset et Sand se réconcilieront avant de se séparer.

« Un grand amour rend léger tous les maux qui nous semblent trop lourds à porter seul. »

En 1838, elle rencontre Fréderic Chopin, le célèbre compositeur. Les deux amants partent en vacances aux Baléares, à Majorque pendant plusieurs mois. Une connexion artistique et personnelle s’établit entre eux, conduisant à une liaison qui durera plusieurs années. Mais Chopin est atteint de la tuberculose, une maladie contagieuse et incurable à l’époque… Sand s’occupera de lui et restera au côté du musicien de longues années. Elle restera profondément marquée par son décès en 1849.

Un engagement politique

Sand s’intéresse de plus en plus à la politique. En 1841, elle fonde son propre journal « La revue indépendante » où elle écrit des articles engagés. Ses idées sont proches du communisme, l’écrivaine est notamment contre les inégalités sociales. Mais elle est surtout profondément féministe ! Elle milite pour l’éducation des jeunes filles et s’oppose aux dérives du mariage.

« Les femmes reçoivent une déplorable éducation ; et c’est là le grand crime des hommes envers elles….»

En 1848, une nouvelle vague révolutionnaire secoue Paris. Georges Sand, incarnant l’esprit de cette époque, est surnommé alors « La muse de la révolution »! Cependant, cette effervescence populaire est brutalement réprimée par les forces de l’ordre, engendrant une profonde désillusion pour Sand… C’est la désillusion pour George Sand qui repart vivre dans la maison de Nohaut où elle vivra jusqu’à sa mort. L’écrivaine quitte alors définitivement la scène politique.

La fin de sa vie

George sand
La chambre bleue de George Sand

La fin de la vie de George Sand est marquée par la tranquillité et la résilience. Elle passe ses dernières années dans sa chère demeure de Nohant, entourée de sa famille et de ses amis proches. Elle meurt le 8 juin 1976 d’une occlusion intestinale après une agonie de 8 jours.

“Je voudrais mourir par curiosité.”

À sa mort, Victor Hugo dira : « Je pleure une morte et je salue une immortelle. » L’écrivain, auteur de plus de quatre-vingt-dix romans, repose désormais dans la propriété familiale à Nohant.

George Sand : ses œuvres les plus célèbres

Indiana, 1832

Il s’agit du premier roman publié par George Sand sous le pseudonyme masculin George Sand. L’histoire suit le destin tragique d’Indiana, une jeune femme mal mariée à un homme cruel. Elle rencontre un aristocrate mystérieux, Raymon, qui va bouleverser sa vie.

Lélia, 1833

Ce roman explore les thèmes de la passion, de la créativité et de l’émancipation des femmes. Lélia, l’héroïne, incarne la rébellion contre les conventions sociales de l’époque et aspire à une liberté totale. L’ouvrage est imprégné de l’esprit romantique et de la philosophie de l’époque.

Mauprat, 1837

Ce roman raconte l’histoire de Bernard Mauprat, un jeune homme issu d’une famille de brigands, qui est pris en charge par Edmée de Mauprat. L’intrigue tourne autour des conflits familiaux, des rivalités amoureuses et de l’évolution de Bernard vers la rédemption.

Recevoir l'actu des Frangines

1 seul e-mail par mois pour rester au courant des articles et nouveautés sur Frangine.com

Recevoir l'actu des Frangines